Retour à Archives

Scènes du geste – Centre National de la danse

Vendredi 6, Samedi 7, Dimanche 8 novembre

SCÈNES DU GESTE, Chapitre 1

Conception et commissariat artistique : Christophe Wavelet

Scènes du geste est un événement performatif. À la croisée du geste, de la mémoire et de l’archive, cette manifestation invite le public à se familiariser avec les nombreuses œuvres mettant en scène les rapports des corps et de l’histoire.

Artistes et chercheurs y sont rassemblés au gré d’un ensemble de performances chorégraphiques et musicales, d’installations et de projections. Inaugurant un cycle biennal au CND, ce chapitre 1 est placé sous le signe du dialogue que les arts performatifs entretiennent depuis longtemps avec le cinéma, la musique et les arts visuels.

Deux temps structurent ce rendez-vous : diurnes et nocturnes.

Dans la journée, l’ensemble du bâtiment conçu par l’architecte Jacques Kalisz est activé au gré d’un parcours propice au libre jeu de l’expérience esthétique.

Aux œuvres réunies dans les différentes salles de l’exposition se joignent trois autres séquences : la Fabrique des gestes, le Laboratoire des chœurs et L’atelier des archives. Le soir venu, place à un ensemble de spectacles chorégraphiques et musicaux qui s’entrelacent à une série de projections, où les figures du solo et du duo témoignent de l’extraordinaire invention qu’elles suscitent en Europe depuis plus de trois siècles.

Programme diurne: http://www.cnd.fr/ automne_revue/programme_ journee

Programme nocturne: http://www.cnd.fr/ automne_revue/programme_soiree

Extraits du programme:

VENDREDI 6, SAMEDI 7 NOVEMBRE 2015

12H – 23H

DIMANCHE 8 NOVEMBRE 2015

12H – 20H

Entrée libre

LA FABRIQUE DES GESTES

SAMEDI 7 ET DIMANCHE 8 NOVEMBRE 2015

À partir de performances chorégraphiques et musicales et de l’activation de nombreuses sources exposées (codex, partitions, traités de maîtres à danser, correspondances, mémoires, manifestes, articles, essais, témoignages, textes littéraires), cette séquence invite à entrer dans la fabrique où se rêvent, se pensent et se forment différentes constellations de gestes dansés. Qu’il s’agisse de la Renaissance tardive, des époques baroque et classique ou de la modernité artistique, la Fabrique des gestes met en lumière les conditions historiques par lesquelles s’opèrent les transformations souvent silencieuses de ce qui s’entend sous le nom de « danseurs », de « danse » ou de « chorégraphie ».

Répertoire et pratique de danseurs, de l’âge baroque aux Lumières

Irène Ginger et Hubert Hazebroucq signent cette intervention qui convie les spectateurs à se familiariser avec différents aspects des riches répertoires chorégraphiques et musicaux des XVIIe et XVIIIe siècles.

Direction artistique : Hubert Hazebroucq, Irène Ginger

Premier épisode : Entre règle et caprice  (45 minutes)

Second épisode : Du naturel au caractère  (45 minutes)

Danse : Olivier Collin, Irène Feste, Hubert Hazebroucq et Irène Ginger

Musique : les élèves du Département de Musique Ancienne du Conservatoire de Paris (direction : Pascal Bertin).
LABORATOIRE DES CHŒURS

VENDREDI 6 ET SAMEDI 7 NOVEMBRE 2015

Le travail des gestes présenté ici met l’accent sur l’enjeu des rythmes pluriels, ceux qui s’éprouvent au gré de dynamiques collectives. La présentation de quelques figures de la choralité qui correspondent à différentes conceptions historiques du geste dansé y est conçue comme une manière d’être ensemble et témoigne de pratiques distinctes, de la Renaissance aux premières décennies du XXe siècle.

Un bal à la Renaissance

Une classe de CM2 de Pantin  présentera quelques unes des principales danses pratiquées au bal durant le XVIe siècle. Ces rondes, chaînes ou processions sont une expérience collective mêlant dans un élan musical partagé les dimensions du rituel, de la fête et du plaisir.  Le public sera convié à y prendre part.

Direction artistique : Hubert Hazebroucq

Danse : les enfants de la classe de CM2 de l’école Paul Langevin de Pantin.

Musique : musiciens du Conservatoire à rayonnement régional de Paris

L’ATELIER DES ARCHIVES

SAMEDI 7 ET DIMANCHE 8 NOVEMBRE 2015

Interventions et récits : Carole Boulbès (historienne de l’art) ; Dominique Brun (chorégraphe) ; Marie Glon (historienne de la danse) ; Elisabeth Lebovici (historienne de l’art et des féminismes, critique et curatrice); Nathalie Lecomte (historienne de la danse) ; Pierre Leguillon (artiste); Marcella Lista (historienne de l’art et curatrice) ; Laurent Sébillotte (directeur du département Patrimoine, audiovisuel et éditions du CND).

 

Les danses gravées du XVIIIe siècle
Marie Glon

Un phénomène éditorial se répand dans divers pays d’Europe durant la première moitié du XVIIIe siècle : des centaines de « danses gravées », objets à la lisière de l’écriture et de l’image, sont publiées par des maîtres de danse recourant à un art scripturaire nouveau, la Chorégraphie. Ce terme apparaît pour la première fois en 1700, pour désigner l’« art de décrire la danse » dont les principes sont publiés à Paris cette année-là. Alors que la danse était alors, comme elle l’est aujourd’hui, massivement inscrite dans l’oralité, les danses gravées proposent un nou- veau mode de transmission : elles inventent un art de déchiffrer qui est aussi un art de mettre le lecteur en mouvement, activant la porosité entre le geste de lire et le geste de danser.
Les artistes et chercheurs qui interviennent ici ont en commun, par leurs activités respectives, d’être impliqués dans une pratique approfondie de l’archive qui dialogue constamment avec les enjeux de gestes artistiques. Au cours de rendez-vous avec chaque intervenant, les visiteurs sont conviés dans une série d’espaces du CND à faire l’expérience de documents qui leur sont à la fois exposés et présentés. À partir d’une sélection de sources rares ou étonnantes, ces voyages se présentent chaque fois comme autant de fables ou de récits capables de mettre en intrigue pour mieux activer ce qui est au cœur de l’expérience esthétique et de ses questions

“A moi, de grâce… le livre du ballet.”
Nathalie Lecomte

Extrait du Bourgeois gentilhomme de Molière, le fragment qui donne son titre à cette intervention témoigne de la place qui fut celle de ces « livres » qu’il évoque. De la relation a posteriori du spectacle au « livre du ballet » imprimé pour être distribué en salle le jour de la représentation, l’objet livret constitue l’une des sources premières à la disposition de l’historien qui consacre ses recherches aux arts chorégraphiques. À partir d’un choix de sources conservées dans les collections de la médiathèque du CND, il s’agira d’appréhender en quoi ces objets fournissent un accès privilégié vers la connaissance et l’intelligibilité des spectacles de cour en Europe, du XVIe au XVIIIe siècles.

Lien Permanent pour cet article : https://www.philippe-lescat-asso.fr/archives/scenes-du-geste-centre-national-de-la-danse/